Pédagogie

Un scientifique, artiste, philosophe,
pédagogue et penseur

Rudolf Steiner (1861-1925), autrichien d’origine, était un scientifique hautement respecté et largement publié. Il a été d’abord particulièrement connu pour ses ouvrages sur les publications scientifiques de Goethe.

 Éventuellement, son œuvre s’est étendue à diverses formes d’activités humaines et aujourd’hui les idées de Steiner ont encore un impact marquant dans plusieurs domaines tels que l’éducation (pédagogie Waldorf), la médecine et la pharmacie (Weleda), les soins aux mourants, l’économie, l’agriculture (biodynamie, label Demeter) et l’architecture pour n’en nommer que quelques uns. L’éducation est probablement le domaine dans lequel son influence est la plus répandue.

La naissance d’un mouvement

C’est dans l’Allemagne de l’après-guerre où règnent des conditions de vie très difficiles que Rudolf Steiner propose sa vision d’un nouvel ordre social. En 1919, en réponse à une proposition d’Emil Molt, propriétaire d’une usine de cigarettes (Waldorf-Astoria) à Stuttgart, Steiner fonde la première école destinée aux enfants des employés de l’usine. Il s’agira de la première impulsion de ce qui deviendra un véritable mouvement mondial. Rudolf Steiner qui s’intéresse à l’éducation depuis déjà très longtemps, propose alors des postulats tout à fait nouveaux et c’est à partir de ces fondements de la pédagogie Waldorf que sera orienté le curriculum des écoles dites Waldorf ou Steiner.

L’être humain dans sa globalité

Rudolf Steiner envisage l’être humain dans sa globalité avec son corps, ses sentiments et sa pensée et voit ses capacités se déployer en trois grandes phases de développement vers l’âge adulte, chacune d’elles s’étalant sur sept années; petite enfance, moyenne enfance et adolescence.

Une approche éducative en forte croissance

Près d’un siècle après la création de la première école, la pédagogie Waldorf demeure une pédagogie d’avant-garde qui vise une éducation globale de l’enfant.

C’est l’approche éducative qui connaît actuellement la plus forte croissance au monde. Présente sur tous les continents, dans plus de 80 pays, c’est environ 1000 écoles et 1500 jardins d’enfants qui ont en commun cette approche fondamentalement unique.

Des apprentissages en lien avec la vie

Le curriculum Waldorf veut répondre aux phases de développement de l’enfance, identifiées par Rudolf Steiner. Les écoles Waldorf mettent l’emphase non seulement sur ce que les jeunes apprennent mais aussi sur la manière d’apprendre. La pédagogie Waldorf permet à l’enfant de mettre ses apprentissages en lien avec sa propre vie et de les faire au moment où il est en mesure de véritablement les comprendre et les assimiler. Ainsi, il sera intéressé et fera siens ces apprentissages.

Dans les écoles Waldorf, les concepts abstraits et les connaissances théoriques découlent d’images concrètes, d’éléments de la réalité proches des enfants, de manipulations et de gestes.

Il peut sembler plus long d’apprendre les unités puis les dizaines, les centaines et les milliers en préparant des petits sacs de grains de blé (qu’on aura soi-même semés et récoltés l’année précédente) mais il s’agit d’une expérience marquante qui relie les mathématiques à la vie. De la même façon, toutes les matières se trouvent ainsi en lien avec la vie.

L’éducation comme un art

Dans les écoles Waldorf, l’enseignement est considéré comme un art et les enseignants pratiquent cet art de l’éducation qui considère l’enfant dans sa globalité. L’essence de la pédagogie Waldorf est de veiller non seulement au développement intellectuel des enfants mais aussi à leur développement émotionnel et physique, tout en respectant le rythme et l’unicité de chacun.
On retrouve à travers tout le processus éducatif Waldorf les travaux manuels, les manipulations concrètes et les arts. Ils ne sont pas des luxes que l’on s’offre mais sont plutôt, au contraire, considérés comme fondamentaux au développement humain.

Volonté, sentiment et pensée

Dans toutes les matières, la pédagogie Waldorf vise à éduquer à la fois les mains, le cœur et la tête en faisant appel à la volonté, au sentiment et à la pensée.
Ainsi, le curriculum Waldorf met non seulement l’emphase sur le développement des capacités intellectuelles, mais aussi sur les sensibilités artistiques et les habiletés sociale et émotionnelle des élèves. Il favorise l’épanouissement d’individus libres, confiants et créatifs; de citoyens responsables et pleinement engagés. Si le curriculum Waldorf a été déployé avec succès, c’est tout l’être humain qui aura été éduqué.

La joie d’apprendre

Le curriculum Waldorf préserve le sens du merveilleux et nourrit l’imaginaire des enfants qui apprennent dans un environnement inspirant et chaleureux respectant le rythme de leur développement. Il vise à générer chez l’enfant une motivation et un enthousiasme indépendants de toute récompense externe afin qu’émerge une joie d’apprendre véritable et durable.

Le rythme et l’école

L’éducation Waldorf reconnaît l’importance fondamentale du rythme dans le développement de l’enfant et vise à établir chez lui une saine organisation rythmique tant sur le plan physique qu’émotionnel. Le rythme est marqué de toutes sortes de manières dans les écoles Waldorf : par la célébration des fêtes saisonnières, par les activités rythmiques à l’intérieur du curriculum (la ronde du matin, par exemple), par le découpage des matières principales en périodes, par l’alternance durant la journée des matières exigeant de la concentration et celles faisant appel à l’expression, etc. Le rythme, qui est à la base de l’enseignement Waldorf, se présente comme une sorte de respiration, une alternance entre la veille et le sommeil, l’apprentissage et l’oubli. Il est respecté à l’intérieur de chaque leçon, au cours de chaque journée, chaque semaine, tout au long de l’année et à travers tout le plan scolaire.

Les parents et l’école Waldorf

Dans toutes les écoles Waldorf, les parents s’impliquent en véritables partenaires. Ils soutiennent l’éducation des enfants, la vie de la classe et collaborent à l’administration, aux relations extérieures, aux travaux de construction et à l’organisation des nombreuses fêtes qui ponctuent l’année.

Un projet lié à l’environnement champêtre

À l’origine, l’école était située sur une ferme (La Généreuse) et cela colorait son projet éducatif. La vie de l’école était liée de près à la vie de la ferme. Cette expérience heureuse a influencé le choix du nouvel emplacement de l’école, toujours à la campagne, sur un terrain de huit acres, dans un décor enchanteur fait d’une forêt de pins et un grand champ. L’école reste donc bien ancrée dans la nature et ceci contribue toujours à définir son projet particulier.

Un terrain aux multiples potentialités

L’école des Enfants-de-la-Terre est aujourd’hui la seule école Waldorf du Québec en milieu rural, située en pleine nature. Même si l’achat de la propriété de Waterville et son aménagement représentent une importante responsabilité financière pour la corporation des parents, ces quelques huit acres à la campagne semblent fort appréciés par tous (selon une vaste enquête menée en 2005 auprès de toutes les familles de l’école). Les boisés deviennent le théâtre des récréations et les champs se transforment en potager et alimentent les cours de botanique.